Ijime, la loi du plus fort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ijime, la loi du plus fort

Message  Kanpai le Mar 12 Oct - 14:39

L'été dernier, lorsque j'étais à Paris, Mako m'a prêté un livre. Un simple livre. Pourtant, elle m'avait prévenue...

Je l'ai lu, j'ai pleuré. Je me suis sentie écoeurée peut-être ou tout simplement impuissante face à la situation de ce garçon, Youkio.







Lycéen à Tokyo, Youkio est très bon élève mais il n'a pas d'amis. Son physique fragile et sa timidité font vite de lui le souffre-douleur de ses camarades de classe. Mauvaises blagues et brimades pleuvent sur lui. Il se retrouve bientôt exclu du groupe de garçons qui le jugent indigne d'eux. Ni sa famille ni ses professeurs ne lui viennent en aide. Comment sortir du cercle vicieux de l'isolement et du harcèlement ? Comment échapper à l'Ijimé ?

Un roman sur les travers de la société nippone, qui considère encore aujourd'hui les êtres fragiles comme des brebis galeuses



Ijime, c'est quoi?

Ijime = intimidation

C'est un phénomène qu'on voit partout dans le monde. Dans toutes les écoles même dans celle où vous avez grandit. C'est la violence, qu'elle soit d'ordre physique, sexuelle ou simplement verbale que doit subir une personne.

Au Japon ils appellent ça: l'Ijime. ce pays bat tristement tous les records à ce niveau là. Il détient la palme des suicides chez les adolescents.

Pourquoi le Japon détient-il ce triste record? On peut sans doute étudier longuement la société nippone mais disons qu'un des éléments clé est que l'individu ne prime pas. L'individu n'existe qu'à travers l'appartenance à un groupe, une société, une école... une classe.

Pour donner un exemple concret: le cosplay est très mal vu au Japon. Le style visual kei de même. On sort du "groupe" avec nos comportement et nos cosplay. Dans le reportage que j'ai mis sur le Japon, on le voit bien, les jeunes se cachent ou n'en parlent même pas à leurs parents.



Vous l'aurez compris, ce roman n'est pas le plus joyeux qui soit ^^ ceci dit, c'est écrit d'une manière si facile à lire, et puis... on y croit! on croit en Youkio! Il lâche pas l'affaire, il va essayer de se battre, seul contre tous! Il a raison faut pas baisser le bras Wink Vraiment, un très beau livre!


Ijime, la loi du plus fort

de Huguette Pérol
édition: Rageot
collection: Metis



Manga traitant de ce thème:

Ki-Itchi




- Life (shôjo)
- Vitamine (shôjo)

(les deux manga sont de Keiko Suenobu)


Et bien sûr: GTO


Niveau Drama:

- GTO
- Life (tiré aussi du manga ci-dessus)
- Hana Yori Dango (aussi en manga)
lien wikipedia




Je ne connais que l'anime GTO que j'ai adoré. Je vais voir pour lire les Ki-Itchi, la biblio près de chez moi les as.

Voila j'espère que j'ai pas cassé votre bonne humeur (mais je sais connaissant certains d'entre vous qu'elle est résistante à toute, ou presque, épreuves! ) avec ce thème malheureusement très d'actualité...

Kanpai
Dame de Coeur

Messages : 543
Date d'inscription : 03/06/2010
Age : 32
Localisation : Suisse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ijime, la loi du plus fort

Message  mukanshin le Mer 13 Oct - 19:48

Oh, c'est marrant que tu en parles maintenant.
J'ai failli chercher à lire ce livre parce que je m'intéressais pas mal au problème il fut un temps. Puis, je me suis dit que je n'arriverais jamais à supporter de le lire justement cause de ce sentiment d'impuissance que tu as évoqué.

Récemment, ma mère, qui est professeur au lycée, a cherché un moyen de sensibiliser ses élèves aux brimades et aux intimidations, même inconscientes. (Car dans la moitié des cas, les enfants ne sont même pas conscients qu'ils font quelque chose de mal). D'après ce que j'ai compris, un de ses élèves lui avait demandé d'intervenir suite a des remarques de ses camarades (Il a une maladie qui peut s'associer à une forme d'autisme, il est très nerveux, bégaie facilement...).
Comme elle m'avait demandé mon avis sur la question, je lui avait suggéré de lire quelques articles sur ce qui s'appelait l'Ijime. Je l'avais prévenue que c'était exagéré comparé à la situation, mais que ça pouvait facilement traumatiser. D'autant plus qu'il s'agit de lycéens relativement matures et non pas de collégiens puérils.
Je crois qu'elle a été assez traumatisée pour utiliser un moyen plus dérivé de dire les choses^^". A priori, elle a réussi a faire passer le message. Smile

Bref, sinon, c'est assez bien illustré dans GTO (c'est la seule référence que je connaisse aussi Smile ).
Niveau drama, je n'en garde pas beaucoup de souvenirs, mais je crois que Nobuta wo Produce correspond aux mêmes clichés, même si c'est très romancé.

Hum, je viens de me rappeler que j'ai toujours une nouvelle inspirée de ce sujet à écrire. Quand elle sera terminée (dans trois ans...) je viendrais peut-être la poster ici ^^.

mukanshin
Dame de Coeur

Messages : 531
Date d'inscription : 04/10/2009
Age : 27
Localisation : Sceaux (92)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ijime, la loi du plus fort

Message  Kanpai le Mar 30 Nov - 23:22

J'attends ta nouvelle alors Wink

Intéressant l'idée d'en parler à ta mère. C'est sûr qu'il s'agit d'un niveau assez extrême l'Ijime mais au fond ça part de bêtes insultes et bousculade jusqu'à des passages à tabac propre en ordre. Autant réagir assez tôt.

Ca ne doit pas être facile tous les jours pour ta mère. Sur le moment on y pense pas, mais après coup j'admire les profs qui s'occupent des jeunes de cet âge là ! et me souviens de mes propres comportements vis à vis des profs et autres élèves.

Le lycée en France correspond à la tranche d'âge 13-16 ans environs ? c'est bien ça?


Franchement ça en reste pas moins un livre vraiment intéressant dans la manière de vivre le phénomène avec l'enfant victime. Je vous le recommande même si le paquet de mouchoir est vendu séparément ^^

Au fait, Mukanshin, mon père et ma belle-mère ont adoré GTO l'anime. Essaie de proposer un épisode à ta mère Razz enfin si elle aime aussi l'humour déjanté d'Onizuka. (C'est peut-être moi qu'ai des parents un peu tarés aussi hi hi )

Kanpai
Dame de Coeur

Messages : 543
Date d'inscription : 03/06/2010
Age : 32
Localisation : Suisse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ijime, la loi du plus fort

Message  Junon le Mer 1 Déc - 2:10

Oui, si je ne me trompe pas c'est la bonne tranche d'âges (je suis toujours décalée, lol)

Je ne sais pas si j'aurai la force de le lire un jour, mais ce n'est pas l'envie qui manque. Surtout si c'est bien écrit ça doit être super (et super dur aussi).
C'est incroyable ce que les enfants peuvent être cruels, ça fait peur. Est-ce qu'ils reproduisent quelque chose auquel ils assistent chez eux ? Ça serait inquiétant. Ou alors c'est à cause des programmes télé et des parents trop laxistes ? Ou bien ils sont brimés quelque part et ils se lâchent...
Pour rien au monde je repartirai en primaire ça c'est sûr...
Je me demande comment quelqu'un qui est victime d'Ijime peut s'en sortir après...

_________________
Because life is fragile and may end at any time...Please enjoy this night with all of your joie de vivre"

Junon
Harley Quinn de Coeur

Messages : 1622
Date d'inscription : 29/08/2009
Age : 25
Localisation : Cosplay Town

Voir le profil de l'utilisateur http://japan-cosplay-team.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ijime, la loi du plus fort

Message  mukanshin le Jeu 2 Déc - 1:55

Le collège en France c'est 11-15 ans (en 4 ans) et le lycée 15-18 ans (en 3 ans). (J'ai compté :p)

Pour ce qui est de GTO, j'ai recommencé à les regarder, pour la sixième fois... :p Eh bien, je pense que l'humour Onizuka est le plus gros problème, ma maman trouve ça bête, je crois >>. Après, j'ai jamais essayé de lui montrer. Disons que le côté petites culottes n'est vraiment pas son genre d'humour :p. (Elle aime l'humour façon Ohba-Obata, si tu vois le genre :p.)
Ce livre, par contre, lui plairait, je pense. C'est sérieux. (Et a défaut de paquet de mouchoirs, je prendrais un punching-ball =°)

De mon point de vue, les enfants sont cruels de base. Comme tout être humain. Il y a toujours eu un moment dans notre vie où on a été heureux du malheur de quelqu'un ou quelque chose. Sans parler des capacités de dérision que nous demande la société. La dérision qui, pour une personne, est un trait d'humour, peut blesser le concerné. Il en sera le seul conscient et le seul à en souffrir.

Je pense qu'ils ne reproduisent rien du tout, et que les parents ne sont pas plus responsables que ça, ni la télé. C'est juste la société qui leur demande de se comporter de la sorte. C'est cette société qui vous impose, jusqu'au plus profond de vous même, que pour vivre, il faut se sentir important vis à vis des autres. Enfin, c'est la nature humaine qui a simplement besoin de reconnaissance, et qui en vient à des extrémités assez monstrueuses.

Je pense que les enfants n'ont simplement qu'une très faible notion de ce qui est bien ou mal, à la base, et que même adultes, certains sont incapables de faire la différence entre une bonne blague sur la tête de phoque de leur collègue, et une remarque méchante et blessante sur cette même tête de phoque. Ils ne savent pas faire attention à la façon dont la personne peut interpréter la remarque. Comme pour eux, c'est drôle, alors c'est drôle pour tout le monde, même le concerné. C'est la forme la plus basique d'égocentrisme.
Ajoutons que les gens, surtout les enfants, aiment se sentir exister, et qu'il n'y a rien de mieux, pour ça, que de se faire la main sur quelques camarades aux airs de victime. Ça les assure qu'ils ont du caractère, qu'ils savent se "faire respecter", ça leur garanti qu'ils sont "quelqu'un", et en plus, ça assoit leur valeur vis à vis de leurs camarades, qui eux aussi trouvent ça très drôle.
Pour eux, c'est juste un jeu. Ils s'amusent. C'est simplement drôle. Et des années plus tard, quand la victime et le tortionnaire se croiserons dans la rue, la victime se souviendra, le tortionnaire ne la reconnaitra même pas, parce qu'il n'avait rien fait de mal, qu'il ne faisait que s'amuser.

Je pense qu'il n'y a que ceux qui n'ont pas voulu assez tôt se sentir exister, importants, vis à vis des autres êtres humains, qui ont pu être blessés par cette "cruauté inconsciente". Ce sont, de toute façon, des gens à part, puisqu'ils ne veulent pas rentrer dans le moule, n'en n'ont pas besoin. Ces gens là, seuls, pourront comprendre ce qu'il se passe.

Une victime d'Ijime, qui est le pire cas possible, je ne sais pas. Si elle est assez jeune, je pense qu'elle peut s'en remettre en étant bien entourée, encadrée, soutenue. Surtout, je pense qu'il faut qu'on lui apprenne à se "battre". Qu'on lui trouve un moyen d'être persuadée qu'elle vaut plus que ce pour quoi on l'a prise. Enfin, là, je vais rentrer dans des discours psychos trop profonds :p Surtout que c'est du cas par cas ^^".

Bordel, vous m'avez vraiment donné envie de l'écrire cette foutue nouvelle xD. Un jour, j'y arriverais è_é.

Ah, navrée pour le pavé... -_-

mukanshin
Dame de Coeur

Messages : 531
Date d'inscription : 04/10/2009
Age : 27
Localisation : Sceaux (92)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ijime, la loi du plus fort

Message  Kanpai le Jeu 2 Déc - 18:39

Il est passionnant ton pavé ! Tu as étudié le cas de l'Ijime ... ou du moins tu y as beaucoup réfléchi.

Moi non plus Junon il y a une période que je n'ai pas envie de revivre même si je n'ai pas été victime de violence. On la voyait quand même tous les jours dans la cours ou sur le chemin du retour, en ville... on l'évitait et parfois c'était vraiment limite. Sans compter toutes les remarques blessantes dont parle Mukanshin et tous ces comportements qu'on avait entre nous.

J'imagine que cette période est plus que nécessaire, on sort du cocon de notre enfance, notre famille et nos parents tout gentils pour découvrir un monde pas si sympa que ça. Remplis d'embrouilles, de gens différents avec de bonnes et mauvaises intentions... un monde dans lequel on continue aujourd'hui encore d'évoluer. Mais par ces expériences parfois douloureuses ont a appris à gérer ces situations et je pense que c'est important avant de se lancer dans le monde professionnel d'avoir pu faire nos conneries à l'adolescence (et enfance) et de les avoir aussi subie à ce moment-là.

Après bien sûr en ce qui concerne le phénomène de l'Ijime et des cas graves, c'est bien d'un encadrement professionnel dont ils ont besoin pour passer le cap. Et tout faire pour éviter d'en arriver là... surtout lorsqu'on sait qu'un cas d'Ijime se termine parfois voir souvent par le suicide (au Japon). C'est bien le problème au Japon avec leur "honneur" et "déshonneur" ... avoir une victime dans sa famille c'est pas bon. Les jeunes le savent, j'imagine qu'ils ne veulent du coup pas leurs en parler. Les profs visiblement préfèrent fermer les yeux aussi. Je ne connais pas assez le phénomène mais c'est semblerait-il assez le cas.

Kanpai
Dame de Coeur

Messages : 543
Date d'inscription : 03/06/2010
Age : 32
Localisation : Suisse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ijime, la loi du plus fort

Message  mukanshin le Ven 3 Déc - 22:31

Personnellement, il n'y a pas de période que j'aimerais ne pas revivre. Je sais que tout ce que j'ai vécu a fait de moi ce que je suis, et je m'aime bien comme ça, même si j'en garde des cicatrices physiques et morales, comme tout le monde. C'est ce qui fait ma force actuelle. L'expérience Very Happy. Et je suis complètement d'accord avec ce que tu dis, Kanpai, à propos de la nécessité de cette période.

Pour l'Ijime, on a étudié ça récemment. Comme tu dis, avec les notions d'honneur des japonais, je suis d'accord, c'est très difficile d'en parler.
Les professeurs, d'après mes informations, ne veulent pas trop s'en occuper non plus dans la mesure où eux-mêmes peuvent être pris pour cibles. Je suppose que ça peut leur faire peur. Qui plus est, toujours d'après ce qu'on peut connaître de l'ambiance scolaire au Japon, ils ne sont pas sensés être assez proches des élèves pour intervenir (pour reprendre GTO, les gamins vont plus voir l'infirmière, qui est un cas, que leurs profs... De même, si Onizuka n'avait pas foutu ses gros sabots dans les affaires de Yoshikawa -et encore, c'était léger par rapport à certains cas-, il se serait suicidé depuis longtemps, et personne n'aurait jamais su pourquoi.). Il faudrait un Onizuka par école ><.

En France, on a la chance d'avoir un système scolaire qui appelle l'assistante sociale, le psy, le samu et le GIGN dès qu'un gamin sort un peu de l'ordinaire. C'est caricatural, mais dès qu'ils se rendent compte de quelque chose, ils deviennent paranos. D'ailleurs, en bien des points, le système est inefficace, car si les profs Japonais, eux, voient et ferment les yeux, les profs que j'ai connus ont plutôt été du genre aveugles.

Soit dit-en passant, je me souviens que certaines de mes classes étaient vraiment affreuses avec les enseignants. On a eu un petit prof d'histoire assez sympa, mais tellement timide qu'il bégayait en faisant cours. On était en sixième. Les petits cons ne l'ont pas raté. Ils adoraient être insolents, pour qu'il bégaie tant qu'il ne puisse plus parler. Heureusement, c'est jamais allé plus loin que de l'encre sur le dos sa veste. Par contre, la prof de musique qu'on avait en 4e, preuve qu'on devient plus méchant en grandissant, elle en a fait une dépression...
Comme quoi, certains vécus d'enfants ne changent rien à la vie adulte... Je pense que ça peut même marquer au point que l'adulte n'en aura nullement grandi.

Enfin, je m'égare encore :p. On va aller loin sur le sujet Very Happy. Mais c'est intéressant.

D'ailleurs, sur la psychologie Japonaise, je ferais sûrement une fiche dans pas longtemps Wink. Je dois lire un livre sur "le jeu de l'indulgence" à la Japonaise Wink.

mukanshin
Dame de Coeur

Messages : 531
Date d'inscription : 04/10/2009
Age : 27
Localisation : Sceaux (92)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ijime, la loi du plus fort

Message  Kanpai le Dim 6 Mar - 22:07

Quel système l'école au Japon quand même... :/ Et bien un sujet sur la psychologie japonaise m'intéresse beaucoup si une fois tu as le temps de nous en toucher un mot.

Oui là on parle des problèmes graves rencontré par l'élève en classe mais comme tu dis, les profs ne sont pas à l'abris non plus. Je respecte leur choix, ce métier qu'ils ont choisis. On garde tous des souvenirs de profs qui se faisaient "déchiqueter" par des élèves comme un morceau de viande qu'on jetterait dans une cage de pittbulls... mais aussi de profs qui ont su se faire respecter et qui nous ont marqué.

Kanpai
Dame de Coeur

Messages : 543
Date d'inscription : 03/06/2010
Age : 32
Localisation : Suisse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ijime, la loi du plus fort

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 5:54


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum